Monet

« C’est beau ici, si clair, si lumineux ! On nage dans l’air bleu… »

Dans les années 1880, de nombreux artistes quittèrent le froid des hivers parisiens pour s’installer dans les villages de pêcheurs et les petites villes isolées dans les collines provençales. Les impressionnistes Claude Monet et Pierre-Auguste Renoir furent les premiers à arriver pour rendre visite, dans le port pittoresque de L'Estaque, à leur ami Paul Cézanne. Aussitôt émerveillé, Monet y retourna souvent. Il voyagea le long de la Côte d'Azur et séjourna à Menton, où il y peignit la route côtière et la vue sur les eaux étincelantes du Cap Martin. Des années plus tard, il visita Antibes qu’il décrivit comme « une petite ville fortifiée toute dorée par le soleil, se détachant sur de belles montagnes bleues et roses et la chaîne des Alpes éternellement couverte de neige ».

La Côte d'Azur devint une véritable source vibrante de créativité. Sa lumière unique, ses couleurs lumineuses et son passé culturel palpable lui confèrent un attrait irrésistible qui inspira et exalta les artistes à travers l’Europe. Plus tard, Henri Matisse et son protégé André Derain arrivèrent à leur tour, impatients à l’idée de capturer ces paysages sauvages, ces nuances de terre et cette lumière dorée. Matisse passa ses années les plus créatives sur cette côte ensoleillée, à Nice et Vence, où il y conçut la chapelle du Rosaire et ses vitraux lumineux.

C’est en 1919 que Pablo Picasso arriva pour la première fois à Saint-Raphaël ; ce fut le début de son pèlerinage quasi annuel vers le sud. Picasso éprouvait une affinité profonde, une réelle communion avec la Côte d'Azur – dont l'histoire et les légendes se mêlaient à ses propres croyances et superstitions, créant ainsi cette mythologie unique que l’on devine dans ses œuvres. Après la Seconde Guerre mondiale, il retourna sur la côte, où il installa son atelier au château Grimaldi, et y effectua un séjour de six mois extraordinairement créatif. Au moment de son départ, il offrit une grande partie de son œuvre à la ville, qui abrite aujourd’hui son musée éponyme.

Picasso ne fut pas le seul artiste à finir ses jours dans le sud. Marc Chagall s'était installé à la campagne, près de Saint-Paul-de-Vence, et Pierre Bonnard avait élu domicile au Cannet, où son art avait métamorphosé sa maison et son jardin bien-aimés en un mirage chatoyant de couleurs. « Dans la lumière du Midi, tout s’éclaire et la peinture est en pleine vibration », avait-t-il un jour déclaré, un sentiment qui inspira une myriade d'artistes qui s’installèrent et travaillèrent sur la Côte d’Azur.

L'hôtel

Au cœur de la Côte d’Azur